dimanche 25 juillet 2010

Le Yoga pour perdre du poids

Je vous avais déjà expliqué que le yoga pouvait faire perdre du poids et aujourd'hui j'ai eu une surprise.

Figurez-vous que les soldats américains sont trop gros et que la solution trouvée est le yoga !

Voici l'article sque j'ai trouvé sur : http://www.sur-la-toile.com/

Du yoga pour les soldats américains trop gras L’armée américaine a un problème de poids, littéralement … Elle a donc cherché des conseils auprès de spécialistes pour lutter contre l’obésité qui sévit dans les rangs. Cela tombe bien ! Un "gourou télévisuel" du fitness est arrivé avec une réponse un peu inattendue : la méditation et le yoga.

Tony Horton, 52 ans, reconnaît lui-même que la recette est déconcertante. Les jours des pompes et tractions sont révolus. Le concept d’Horton repose en général sur des exercices sans poids et … des postures de yoga. D’après cet expert, le yoga amplifie positivement les effets des exercices de force et cardio-vasculaires. Cela permettrait de lubrifier les articulations notamment.

Cela permettrait de lubrifier les articulations notamment. Horton a conscience que “les soldats sont trop gras pour combattre”. Les statistiques montrent que le taux d’obésité a pratiquement doublé depuis 2003 et triplé depuis 1995. Pire ! sans aller jusqu’à l’obésité, il y a le surpoids généralisé...

N'est-ce pas étonnant !

dimanche 11 juillet 2010

Les bienfaits d'une bonne respiration.

Les bienfaits d'une bonne respiration.

Comment agit la respiration profonde sur l'organisme.
Dans l'article précédent je vous ai décrit les différentes respirations et vous ai expliqué pourquoi l'expiration été plus importante que l'inspiration. Aujourd'hui je vais vous expliquer comment agit la respiration profonde sur nos différents organes.

Les effets de la sédentarisation.
Chez les sédentaires, il se produit des accumulations de sang ou congestions dans l'un ou l'autre organe de notre corps. Le « torrent » circulatoire ralentit, entraîne une usure et un vieillissement prématuré de l'organisme. La respiration profonde empêche que, dans nos organes, le courant sanguin de se ralentisse au point de former des stagnations et que le « torrent » ne devienne pas un « marécage ».
L'effet de succion, d'inspiration, provoqué par la respiration profonde constitue une des plus importantes corrélations entre la respiration profonde et la circulation sanguine.

Un peu technique...
La grosse veine qui déverse dans le coeur d'une façon ininterrompue le sang en provenance du foie est régulièrement vidée par la succion que le poumon exerce sur elle en respirant. Si le sang veineux hépatique ne s'écoule pas librement, le foie gonfle et se congestionne avec des répercussions fâcheuses sur la circulation du sang en provenance du tube digestif d'où il s'ensuit une digestion perturbée.
La respiration profonde et lente dissipe presque instantanément cet état congestif du foie, car le poumon aspire littéralement l'excès de sang accumulé dans le foie, qui se déverse dans le coeur droit. D'ailleurs, les mouvements du diaphragme et de la cage thoracique exercent une influence accélératrice sur la circulation veineuse dans l'organisme tout entier.
En inspirant, vous n'inspirez pas seulement de l'air dans les poumons, vous pompez aussi du sang dans les tissus de tout le corps. C'est au moment où le poumon contient le plus d'air qu'il renferme aussi le plus de sang.
Lorsque, dans la première phase de la respiration, le diaphragme s'abaisse et s'aplatit, la veine cave inférieure propulse son sang vers le coeur car ses parois sont tendues. La rate retire aussi des effets bénéfiques de la respiration profonde.
Ainsi, la respiration profonde est un puissant moteur circulatoire. Le coeur est la pompe foulante qui propulse le sang dans le réseau artériel, tandis que les poumons font office de pompe aspirante sur la circulation veineuse.
La circulation dépend du fonctionnement correct et complet de ses deux pompes motrices. La respiration est le tonique du coeur par excellence.
Les échanges gazeux dans les poumons, absorption d'oxygène, expulsion de CO2, se font le mieux lorsque la respiration est profonde, complète et lente.
Pour un échange gazeux optimum, il faut que le sang veineux adapte lentement sa tension à l'air alvéolaire. Les tensions se rapprochent lorsque l'air alvéolaire reste longtemps en contact avec le sang. Le rapprochement maximum est atteint quand l'air reste 10 à 20 secondes dans les alvéoles. La circulation de sang et le temps pendant lequel l'air reste dans les alvéoles, la manière de respirer déterminent également l'importance des échanges gazeux au niveau des poumons. On augmente la surface de diffusion en inspirant profondément et en retenant l'air inspiré. C'est ainsi qu'on augmente la surface d'efficacité, car toutes les alvéoles habituellement inactives, dans la respiration courante, sont en action. Un bon remplissage alvéolaire est nécessaire à une bonne oxygénation.
En effet, il faut que le plus grand nombre possible d'alvéoles participe à cette action, afin d'augmenter ainsi la surface de diffusion. Et pour obtenir un échange aussi complet que possible des gaz de la respiration, il faut que l'air inspiré séjourne de 10 à 20 secondes dans l'alvéole. Il est démontré que le rythme de la respiration est essentielle, notamment la respiration lente influence la respiration des tissus qui, par ce moyen, augmente la consommation d'oxygène de tout l'organisme.

J'espère ne pas vous avoir trop ennuyé avec ses explications un peu techniques. Je pense qu'une meilleure connaissance du fonctionnement de la respiration vous donnera l'envie d'essayer la respiration profonde.

Mon conseil pour aujourd'hui.
Lorsque vous vous sentez fatigués, déprimée, découragé, faites quelque respiration complète. Votre fatigue disparaîtra comme par enchantement, votre mentale s'en ressentira et vous vous remettrez au travail avec un nouvel entrain.

Dans le prochain article je vous donnerai des exemples de bienfaits de la respiration profonde et du yoga.