vendredi 25 juin 2010

Les crèmes solaires riches en vitamine A peuvent augmenter les risques de cancer

Alors que le soleil est enfin arrivé, voici un article très intéressant sur les crèmes solaires, que j'ai trouvé sur le site gérir.org.

A
l'approche de l'été, l'heure est venue de porter un œil critique sur l'accessoire du plagiste : la crème solaire. Généralement, elles sont mal utilisées. Personne ne peut affirmer qu'elles suffisent à éviter les risques de cancer dus à une trop grande exposition au soleil. De plus, certaines semblent être toxiques et... cancérigènes.





Les adeptes de la peau mate, qui choisissent de passer leurs vacances à changer de couleur de peau, mettent beaucoup d'espoir dans les crèmes solaires. Les fabricants ne tiennent pas à les décevoir, promettant un hale parfait en toute sécurité.

Pourtant chacun a fait l'expérience d'un coup de soleil, alors même que le tube magique figurait bien sur la liste des courses. Souvent, on oublie de l'appliquer suffisamment. Il faudrait en mettre toutes les deux heures pour garder une bonne efficacité, sans compter qu'elle peut se diluer dans les vagues.

En ce qui concerne la réduction des risques de cancer par les crèmes solaires, les études ne sont pas conclusives. D'après le Environmental Working Group (EWG), une ONG américaine, il n'y a de bons résultats que pour le carcinome spinocellulaire, qui ne représente que 16% de ces cancers de la peau. Ce n'est malheureusement pas le plus dangereux.

On remarque au contraire que l'incidence des cancers de la peau augmente dans les pays développés. Il existe même des études qui montrent que les gros utilisateurs sont plus à risque. Une des explications est que les crèmes solaires donnent un faux sentiment de sécurité et poussent les gens à rester trop longtemps exposés. Une tendance renforcée par l'arrivée sur le marché des indices de protection élevés.

En corolaire, un autre effet indésirable est que les crèmes solaires empêchent les gens d'accumuler de la vitamine D, même pendant une exposition au soleil d'été.

Enfin, il semble qu'un des composants fréquents des crèmes solaires peut provoquer une cancérisation des cellules de la peau quand il est exposé à la lumière. Il s'agit de la vitamine A, étiquetée parfois "retinyl palmitate" ou "retinol" sur les tubes.

Dans une étude de la Food and Drug Administration américaine, les chercheurs ont montré que des souris, qui avaient reçu une crème solaire riche en vitamine A avaient développé un cancer de la peau plus rapidement (21% de temps en moins avant de développer un cancer qu'un groupe témoin qui bénéficiait de crème solaire sans vitamine A). Ces travaux ne sont pas définitifs et seront publiés en entier à la fin de l'année.

De plus, rien ne peut garantir que notre peau réagit de la même façon que les souris de laboratoires sans fourrure, génétiquement modifiées pour être plus facilement victimes d'un cancer. Cependant, par prudence cet été il faudra bien lire les étiquettes.

Notre conseil : Sentez ce qui est bon pour vous - protégez-vous en restant à l'ombre quand c'est nécessaire. Couvrez votre peau de jolis tissus et votre tête d'un beau chapeau, vous serez magnifique et bien protégé(e). Par prudence, choisissez des crèmes solaires sans vitamine A.



Sources :

Le dossier du Environmental Working Group (EWG)

National Toxicology Program (NTP). Pathology Tables, Survival and Growth Curves from NTP Long-Term Studies. Technical Report Pathology Tables and Curves. TR-568 All-trans-retinyl palmitate.

mardi 22 juin 2010

L'importance de l'expiration.

Pourquoi l'expiration est-elle si importante ?
Je vous ai expliqué dans mon dernier article l'importance vitale de la respiration profonde et comment nous en sommes arrivés à une respiration incomplète. Aujourd'hui je voudrais vous faire comprendre pourquoi l'expiration est plus importante que l'inspiration.

La respiration profonde une pratique de Yoga.
En Occident on attribue la primauté à l'inspiration. Le yoga, au contraire, affirme que toute bonne respiration commence non seulement par une expiration complète et lente, mais aussi que cette expiration parfaite est la condition sine qua non d'une inspiration correcte et complète. En effet on ne peut remplir un récipient que s'il a été préalablement vidé. Il ne nous est pas possible de bien respirer si nous n'expirons pas d'abord à fond.
La respiration normale commence donc par une expiration lente et paisible réalisée par la relaxation des muscles inspiratoires. La poitrine s'affaisse de son propre poids ce qui chasse l'air. C'est expiration doit être silencieuse, on ne doit pas s'entendre respirer, et de ce fait elle sera lente. À la fin de l'expiration les muscles abdominaux peuvent aider à vider les poumons aussi complètement que possible par leur contraction, les derniers restes d'air vicié sont évacués.
La constitution spongieuse des poumons ne permet pas de les vider à 100 %, il restera toujours de l'air impur dans les poumons. Il faut donc s'efforcer d'évacuer au maximum cet air vicié restant. Lors de l'inspiration l'air frais que nous inspirons va se mélanger à l'air vicié résiduel, pour former notre véritable air respiratoire. Plus nous aurons expiré à fond, plus grande sera la quantité d'air qui pourra entrer dans nos poumons, plus pur sera l'air en contact avec la surface alvéolaire.
Le volume d'air que les poumons peuvent contenir s'appelle la « capacité vitale ». C'est on ne peut plus pertinent.
De nombreuses techniques respiratoires visent à augmenter cette « capacité vitale » mais avant tout, il est plus important d'utiliser au maximum celle dont nous disposons, par une expiration soignée.

Trois types de respiration.
Les yogis distinguent trois types de respiration : la respiration abdominale, la respiration costale et la respiration claviculaire. La respiration yogique complète combine les trois et constitue la respiration idéale.
La respiration abdominale.
C'est de cette façon que respire la majorité des hommes. Le diaphragme s'abaisse au moment de l'inspiration, l'abdomen se gonfle. C'est la façon la moins mauvaise de respirer. La base des poumons se remplit d'air, l'abaissement rythmique du diaphragme provoque un massage doux et constant de tout le contenu abdominal et favorise le bon fonctionnement des organes.

La respiration costale.
Elle s'effectue en écartant les côtes, en dilatant la cage thoracique comme un soufflet. Cette respiration emplit les poumons dans leur partie moyenne. Elle fait pénétrer moins d'air que la respiration abdominale tout en requérant plus effort. C'est la respiration « athlétique » qui, combinée avec la respiration abdominale, entraîne une ventilation des poumons satisfaisante.

La respiration claviculaire.
L'air s'introduit en soulevant les clavicules. La partie supérieure des poumons, seule, reçoit alors un apport d'air frais. C'est la moins bonne façon de respirer. Les femmes pratiquent souvent cette respiration.
La respiration complète.
La respiration yogique complète englobe les trois modes de respiration qu'elle intègre en un seul mouvement ample et rythmé.

Vous l'aurez certainement compris, la respiration est essentielle à la vie et plus l'apport d'oxygène sera important à chaque inspiration, meilleure sera la respiration.
Dans mon prochain article, je vous expliquerai comment agit la respiration profonde pour améliorer le fonctionnement de vos organes.

vendredi 18 juin 2010

L'efficacité de la Respiration Profonde

Pourquoi la respiration profonde est-elle efficace ?
En règle générale, il a été constaté que les personnes qui avaient une cage thoracique bien développée, et s'en servent, vivent sans que les soucis les perturbent car ils réussissent à les résoudre au fur et à mesure. Par contre, ceux qui respire mal se débattent dans de nombreuses difficultés tant sur le plan professionnel qu'affectif et ont très souvent des problèmes de santé.
Une mauvaise respiration ne permet pas une ventilation complète des poumons. De ce fait, l'air vicié stagne dans les poumons.

La respiration est vitale !
On peut se passer de nourriture et de boissons durant un certain temps, mais nous ne pouvons pas nous passer de respirer. Sans oxygène, pas de vie, il en est de même pour les animaux et les végétaux.
Nos cellules dépendent du sang pour leur approvisionnement en oxygène. Si l'air qui circule dans nos artères et faible en oxygène, la vitalité de nos cellules est amoindrie. Pensez au nombre de cellules qui constituent votre corps et qui dépendent de la bonne oxygénation de votre sang au travers de l'oxygène qui passe dans vos poumons.
Votre devoir est d'assurer à ses milliards de cellules un approvisionnement suffisant pour qu'elles puissent convenablement fonctionner.

Comment arriver à une bonne oxygénation.
La respiration comprend deux phases, l'inspiration qui apporte l'oxygène et l'expiration qui permet d'évacuer le CO2 contenu dans les poumons. Nos cellules ne disposent d'aucun moyen pour se débarrasser des déchets qu'elles produisent à part celui de les déverser dans le sang et la purification a lieu, entre autre, dans les poumons.
De plus, dans des poumons mal ventilés peuvent se développer des germes qui se plaisent dans l'obscurité et l'humidité. Par exemple, le bacille de Koch, ne résiste pas à l'action de l'oxygène et c'est avec une ventilation complète des poumons que l'on est immunisé contre la tuberculose.
Vous n'avez pas attendu ces conseils pour respirer mais en pratiquant la respiration profonde vous vous rendrez compte à quel point vous respiriez mal.
Il y a autant de différence entre une personne qui pratique la respiration profonde et une qui respire mal et entre un enfant qui barbote au bord de l'eau et un champion de natation. Le premier se débat pour rester à la surface et dépense beaucoup d'énergie pour avancer alors que l'autre avance vite et sans effort comme un poisson.
Apprenez à respirer la récompense sera merveilleuse.
Vivre c'est respirer, respirer c'est vivre et les yogis mesurent la durée de la vie humaine en nombre de respirations. Autant dire qu'il vaut mieux respirer lentement et profondément que vite et superficiellement si l'on veut vivre vieux et en bonne santé.

Pourquoi nous respirons mal ?
Nous avons tous su respirer quand nous étions bébé. Depuis les choses ont changé et la respiration est devenue incomplète, superficielle, saccadée, hative, parce que nous sommes perpétuellement crispés et tendus sous l'emprise de l'anxiété, la colère, le stress et bien d'autres choses encore.
Le souffle permet l'élimination des tensions, la correction des mauvaises habitudes et attitudes physiques et mentales à condition de bien respirer.
La mode avec des accessoires vestimentaires qui compressent l'abdomen, empêche de respirer normalement. C'est pourquoi les femmes respirent souvent plus mal que les hommes.
D'autres obstacles physiques sont aussi redoutables tels que les abdomens durs et contractés qui bloquent toute respiration et contracture toute la personnalité. Les thorax rigides, les diaphragmes immobilisés par l'accumulation de gaz dans le tractus gastro-intestinal sont aussi responsables d'un blocage de la respiration.
Il faudra donc que décontracter tous les muscles tendus en permanence qui empêche toute respiration normale par la relaxation. La relaxation totale et la respiration profonde sont la porte d'entrée de votre forme et de votre bonne santé.
Dans mon prochain article je vous expliquerai l'importance de l'expiration.

http://www.bel-et-bien.net/yoga/respiration.html

mercredi 16 juin 2010

Un cadeau extrat !

Si vous souhaitez créer votre blog en Wordpress ou l'optimiser, rendez-vous sur cette page :
http://rubyurl.com/MhjS
Vous serez enchanté.

lundi 14 juin 2010

Sport ou Yoga ?

Personnellement j'ai tendance à préférer le Yoga mais je conseille de faire les deux. Personnellement, j'enseigne la danse de couple et je pratique le Yoga. C'est complémentaire. Regardez cette vidéo et donnez votre avis.